374. Petite fée de Marilouiz

Publié le par marilouiz




Paroles :

Petite fée,
Je te serrais dans mes bras
Jusqu'à jamais
Je l'écris parfois
J'aurais cru
Et je jure
Que ma liberté
Je l'aime autant que toi

Quelque soient les questions
Je te laisserai jamais le droit de l'assassiner
L'assassiner

Petite fée,
J'ai eu peur, je crois
Que tes pensées qui séloignent de moi
Et je tremble, je chois, et j'oublie

Quelque soient la chaleur de la flamme que je crache
Je ne te laisserai jamais le droit de l'assassiner
L'assassiner (4)

Mes aventures
je l'ai licencié
tout comme un détachement physique, une mésaventure
je l'ai licencié ( 4)


Petite fée, tu me tiens dans tes mains prés de toi
Et ma fragilité tu la connais je crois

Quelque soient les combats qui se métamorphosent
Quelque soit la peur de mon âme
Je ne te laisserai jamais jamais le droit de l'assassiner
L'assassiner (4)

Petite fée je t'ai serrée dans mes bras
Jusqu'à jamais
Je l'ai cru parfois

Petite fée
Oh, j'ai peur je crois
Que tes pensées s'éloignent de moi

Petite fée,
Ah, je te serrais dans les bras jusqu'à jamais.
Je l'ai cru.



(P.S : Désolée s'il y a des erreurs... Corrigez-moi !)


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MZ 02/04/2010 11:02


Voici la correction.
Le morceau est en écoute sur www.myspace.com/marilouiz


PETITE FEE

Petite fée, je t’ai serrée dans mes bras
Jusqu'à jamais, je l’ai cru parfois
Je l’ai cru, et je jure
Que ma liberté, je l’aime autant que toi

Et quelles que soient les questions
Je ne te laisserais jamais le droit

De l’assassiner

Petite fée
J’ai eu peur je crois
Que tes pensées s’éloignent de moi
Et je trahie les choix que j’oubli

Et quelle que soit la chaleur de la flamme que je crache
Je ne te laisserais jamais le droit

De l’assassiner

Et dans la hantise d’une désaventure
Je l’ai licenciée
Tout comme un détachement complice d’une mésaventure
Je l’ai licenciée

Petite fée, tu me tiens maintenant près de toi
Et ma fragilité, tu la connais je crois

Et quels que soient les combats qui se métamorphosent
Et quelle que soit la valeur de mon âme
Je ne te laisserais jamais le droit

De l’assassiner

Petite fée, je t’ai serrée dans mes bras
Jusqu'à jamais, je l’ai cru parfois
Petite fée
J’ai eu peur je crois
Que tes pensées s’éloignent de moi
Petite fée, je t’ai serrée dans mes bras
Jusqu'à jamais, je l’ai cru…


marypistache 11/04/2010 17:27



Merci  beaucoup! Je réécrirai l'article dès que j'aurai un temps! Merci encore!



Nany 31/03/2010 08:34


Merci, pour cette chanson,
je ne connaissais pas..
Bizzz bonne journée féerique.


marypistache 11/04/2010 17:28



Le plaisir est pour moi!