222. Perles de rosée

Publié le par marypistache

Perles de rosée

 

Petit ange, où es-tu ?

 

Cette question raisonna dans l’air sans réponse

 

L’heure du rendez-vous avait sonné

 

Mais pas de petit ange…

 

La petite fée s’assit patiemment

 

Et attendit.

 

 

S’associant à sa peine,

 

La lune pâle et le scintillement clair des étoiles

 

 Semblèrent s’adoucir,

 

La brise semblable à un long soupir

 

Vint caresser doucement son visage,

 

Lasse, elle ne voulut néanmoins pas partir

 

L’espérant toujours.

 

Elle trouva refuge dans le creux d’un vieux chêne 

 

Et

 

Des larmes qu’elle ne pouvait plus retenir perlèrent à ses cils.

 

Rompue de fatigue et de tristesse, elle s’endormit dans ses pleurs,

 

 

Compatissant à peine,

 

Silencieuse, la forêt  semblait s’être recueillie

 

La lune se voila dans sa robe grise pour ne point éveiller la fée endormie,

 

Les étoiles se parèrent de leur manteau de brume

 

Et le vent à son tour retint son souffle.

Tous attendirent la venue du jeune homme.

 

La nuit passa

 

Et le soleil vint à la rencontre de la lune,

 

Voyant son air triste, il voulut savoir

 

Elle éclaira d’un faible rayon le visage de la jeune fille assoupie

 

Et des perles cristallines brillèrent à ses yeux.

 

 

 

Une fine rosée se posa alors sur la plaine,

 

Fruit de la rencontre du soleil et de la lune

 

Emus par le chagrin touchant de la petite fée,

 

Et

 

C’est ainsi que naquirent les perles de rosée…

 

 

Publié dans Ebauche de poèmes

Commenter cet article